© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • facebook

Nous avons trouvé un voilier !

25/02/2018

LA Bonne Nouvelle est arrivée ! Nous avons trouvé un voilier pour traverser l'océan !

 

Après notre petite aventure pleine de rebondissements et qui nous a pris beaucoup d'énergie pour essayer d'embarquer sur le trois-mâts de l'association du père Jaouen, nous avons dû reprendre nos recherche de bateaux, malgré le moral qui venait de prendre un sacré coup... Et malheureusement, aucune nouvelles opportunités ne s'est offert à nous.

 

Lorsque nous sommes arrivés à Mindelo il y a bientôt 1 semaines, nous avons retrouvé l'équipage d'un petit monocoque de 12 m que nous avions rencontré à Dakar et avec lequel nous nous étions liés d'amitié pendant les quelques jours que nous avions passé ensemble. C'était d'ailleurs le tout premier voilier à qui nous avions demandé s'il ne recherchait pas des équipiers pour la traversée. A l'époque, leur équipage était au complet jusqu'au Cap-Vert et ils ne recherchaient personne.

 

Une fois retrouvés, nous avons appris qu'il leur restait une ou deux places disponibles pour la traversée, mais que la petite taille de l'embarcation ne permettait pas d'y mettre des vélos... Noé a d'abord pensé embarquer avec eux, mais l'idée de se séparer de son vélo ne l'enchantait guère. Alors Ben et moi avons essayé de trouver une solution pour envoyer les vélos en Amérique centrale. Nous sommes donc allés à l'aéroport pour avoir des informations, mais personne n'a pu nous répondre très clairement. On a quand même compris qu'il n'y avait pas de vol direct pour l'Amérique, et qu'il fallait d'abord envoyer les vélos à Lisbonne avec une première compagnie, et contacter ensuite une autre compagnie qui les expédierait dans le pays désiré. Bref, cela semblait pas mal compliqué. Nous avons alors pensé à les faire transiter via un autre voilier, qui nous les déposerait à leur lieu de destination pour que nous les récupérions ensuite. Encore fallait-il qu'ils aillent au même endroit que nous... De toute façon personne n'a clairement accepté cette proposition. L'idée de vendre les vélos a même commencé à nous trotter dans la tête. Puis nous avons pensé à les envoyer par la poste, mais celle-ci nous a expliqué qu'elle ne prenait pas de colis de plus de 80X70cm, soit deux fois moins que les dimensions des vélos. En insistant beaucoup, on nous a quand même proposé de démonter entièrement chaque vélo pour qu'ils prennent le moins de place possible, de les emballer dans des cartons, et de revenir ensuite pour voir s'ils peuvent faire quelque chose pour nous. S'ensuit alors des heures entières à la rechercher de cartons assez grands auprès de supermarchés, d'entreprises de gros matériel ou de boutiques en tout genre. Et bien entendu, rien à se mettre sous la main. Il faudra aller jusqu'à l'usine de fabrication de carton (qui n'aura pas non plus la taille adéquat) pour acheter des plaques cartonnées qui, assemblées les unes aux autres, devraient nous permettre d'emballer sur mesure nos vélos. Nous sortons donc les vélos dans la rue pour les démonter au maximum, et emballons le tout en déclarant la guerre au moindre centimètre pour avoir les emballages les plus petits possibles. Et pour les roues, nous ne savons pas encore quoi en faire, car le prix que cela nous coûte à les envoyer par la poste est presque plus élevé que leur prix d'achat. Donc on risque peut-être de les vendre....

 

A final, nous sommes allés ce matin présenter un des vélos au bureau de poste, pour savoir s'ils acceptaient ou non le colis. Et malgré la grimace que nous a renvoyé en premier lieu la dame chargée des colis, le vélo a finalement été accepté par un des responsables ! OUF.

 

Nous embarquons donc officiellement mercredi à bord du Zapoï, notre nouveau navire, avec Philippe, Irina, Denis et Noé (Oui oui, un autre Noé, on en finira jamais !) pour un départ prévu ce weekend en direction de la Guadeloupe, si la fenêtre météo le permet. Car oui nous avons oublié d'en parler mais il s'avère qu'en ce moment exceptionnellement, une grosse dépression dans l'Atlantique nord perturbe le développement des alizés et retarde de plusieurs jours voire plusieurs semaines le départ des voiliers en direction des Amériques. Nous risquons donc d'être coincés ici pendant quelques temps encore...

 

Mais pour la petite histoire, le plus incroyable dans toute cette aventure, c'est que c'est finalement le tout premier voilier à qui nous avons demandé d'embarquer à Dakar qui sera celui finalement qui nous fera traverser l'Atlantique ! Comme quoi le bateau-stop, ça marche même du premier coup...

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

POSTS RÉCENTS :

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

PAR TAGS :

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now